mercredi 2 décembre 2015

Le thé c’est NO-STRESS

J’ai envie d’être en paix avec le thé,  j’ai envie que ce soit fluide, que ce soit positif, constructif ; et ce malgré un petit budget de 40€ mensuel. Quand je regarde en arrière, je me dis que j’ai dépensé beaucoup d’énergie et de temps dans la découverte et dans l’apprentissage. Il y a des thés qui m’ont déçu et d’autres que j’ai appréciés. Des thés qui coûtent cher en comparaison de leur qualité et d’autre qui sont bon marché.

La multitude de boutiques en ligne ou physique et la profusion de produits créent une jungle épaisse, un dédale pour le débutant. Et puis il y a ces nouveaux produits qu’on ne connait pas encore, les nouvelles récoltes de printemps ou d’automne. Au secours je veux des panneaux indicateurs pour me repérer, avoir un GPS du thé !

Heureusement il y a le FAT, le forum des amateurs de thé. Je suis lecteur depuis quelques mois. Et j’avoue que le tout nouvel inscrit est bien aiguillé en matière de qualité. Mais ceci n’est pas un remède miracle, il m’a fallu appliquer une petite recette tirée de mon expérience personnelle.

En premier lieux quels sont mes goûts : Du puerh, des wulong grillés, du thé rouge. Bien ça limite le choix et cela m’éloigne des soucis liés à la fraicheur du thé, à la date de récolte. De toute manière j’ai toujours eu un faible pour les thés qui vieillissent sans souci.

En deuxième lieux quels sont mes besoins réels : Un voir deux thés journalier, pas plus. Mais attention, je veux qu’il soit endurant à l’infusion. Au bureau c’est 6 à 8 grammes dans le zhong pour la journée entière. Là je tourne entre 12 à 18 infusions…

En troisième lieux quels sont mes envies : Du thé quotidien pour une consommation régulière. Du thé d’excellente manufacture quand je reçois.

A ce tournant de l’article je pourrais sortir la calculatrice et démontrer mathématiquement le poids de consommation sur une semaine, un mois ou un an. Ce qui m’emmènerait inévitablement  vers le coût sur une année. Et blabla et blabla.

Je surfe régulièrement sur les sites en ligne à la recherche de thé pour le quotidien. Dans une boutique, une fois la sélection d’échantillons faite, je commande. Parfois seulement deux échantillons, mais les frais de port sont largement amortis par l’achat principal de 357 grammes voir 750 gramme de puerh. J’ai de quoi boire pour plusieurs mois et beaucoup de temps pour déguster les échantillons. Je recommande ainsi régulièrement tous les deux à trois mois.

Je ne manque jamais de thé, jamais de nouvelles découvertes. Le nombre total de thé chez moi est très souvent resté inférieur à 20 ! Et cela me va.

Concernant les thés de haut vol, ce n’est pas les boutiques qui manquent sur Bruxelles. Je goûte et si cela me plait, j’achète une petite quantité ; 50 à 150 grammes.

Sur mon blog, je ne fais plus de compte rendu de dégustation, plus de photo. Et cela me va. J’écris une fois de temps en temps. Et cela me va.
Le thé c’est NO-STRESS

jeudi 7 mai 2015

Handicapé face au thé

Je vais tenter aujourd'hui de rédiger un article qui fera abstraction de l'interprétation mentale. Un article dénué "d'ésotérisme", de mysticisme (pour citer des termes qui me sont reprochés). MAIS pour que l'exercice soit honnête et juste, l'article sera dénué de l'interprétation olfactive et gustative.

Thé préparé : un puerh
Méthode : Gong Fu Cha
Outil utilisé : Une tasse à sentir et une tasse de dégustation

Préalablement j'ai fait chauffer mon eau à 100°c que je place dans le thermos. Le matériel est installé sur le plateau et le grammage de thé est calculé au mieux.

Rinçage bref des feuilles, puis première infusion flash pour réveiller le thé. Je vide ma théière dans le pot de réserve et je sers la boisson dans la tasse à sentir. La tasse à sentir est vidée dans la tasse de dégustation. Je commence à humer. Au nez c'est léger et prometteur. Je goutte l'infusion. Pareil : léger et prometteur.

J'infuse plus long et entame vraiment ma session de Gong Fu Cha. Le thé dans le pot de réserve à une couleur orangé agréable à regarder et presque lumineuse. Dans la tasse à sentir, je retrouve le camphre et le menthol; c'est riche et complexe. C'est curieux de ressentir un début d’apaisement à ce stade de la dégustation... En bouche viennent des nuances boisées et camphré, c'est rond et cela coule bien en gorge. il n'y a pas d'accroche.

Dans le corps comme souvent cela m'arrive c'est l'expression du ressenti qui s'active. D'abord une présence dans le dos le long de la colonne vertébrale. Puis une ligne se dessine distinctement depuis le haut du crane jusqu'au plexus solaire. J'en profite pour me remettre dans mon axe. Une chaleur commence à parcourir le corps et les cellules. Au bout de la quatrième infusion je ressent au coeur une forte présence réconfortante; une sorte de "lampe électrique" qui s'allume (je manque cruellement de vocabulaire à ce stade).

Tout au long de la séance de dégustation, j'ai remarqué que la respiration se régule et s'apaise progressivement et qu'un dynamisme s'installe. Le mental est sollicité de manière aiguisée plus que dans les taches quotidiennes. Le corps est beaucoup plus vivant et expressif. C'est curieux de vivre cette expression dans le corps. J'aurais dû donner comme titre d'article "l'expression du corps en rencontre avec le thé".

samedi 14 mars 2015

L'expérience du Cha Qi et la difficulté de l'expression

Littéralement Cha signifie le thé et Qi l'énergie, l'énergie du thé. Un terme vague et vaste, une notion incertaine et loin de notre culture européenne.

Pour moi le Cha Qi est l'énergie du thé qui va s'exprimer dans le corps c'est à dire dans la biologie sous la forme d'une présence ou sous la forme d'une action comme par exemple le réchauffement d'une zone du corps.

Pour moi le Cha Qi est une certitude et non un mystère. Il très présent dans certains thés et presque absent dans d'autres thés. C'est une expérience personnelle, presque intime.

Depuis très longtemps, j'ai un ressenti corporel très sensible et très intuitif. Une sorte d'outil comme un sixième ou septième sens pour aller à la rencontre de ce qui m'entoure, mon environnement.

De manière générale je parle peu dans ma vie quotidienne de ce ressenti. Je passerais aux yeux de la masse des gens pour un excentrique et pour un original. Cela serait dommage de porter ce handicap dans le monde agressif que nous connaissons tous. Un monde où l'image que l'on donne de soi devient un atout majeur.

Mais quand il s'agit de thé - ma passion- je me permet d'exprimer ce que je ne me permet pas autrement. Je parle du Cha Qi. Cela est perçu par la masse des gens comme quelque chose de gênant. Il est possible que j'ai de la difficulté à m'exprimer................ Ou bien que j'aborde le sujet qui met mal à l'aise.

D'ailleurs si ce sujet était vraiment important dans le domaine du thé il y aurait des écrits disponibles. Je ne suis pas le seul à penser que maintenant sur internet il y a assez de littérature pour entreprendre l'expérimentation du thé nature. Vous trouverez les six familles de thé, les qualités de l'eau à utiliser, la température de l'eau à utiliser, les modes d'infusion, les ustensiles appropriés etcétéra etcétéra etcétéra.
Vous pourrez apprendre la diversité des parfum, l'endurance aux infusions, la persistance en bouche, la "bonne amertume" etcétéra etcétéra etcétéra

Non, je parle de Cha Qi parce que cela m'intéresse et parce que cela est souvent absent ou occulté. Une sorte de vide à combler. Je suis une personne relativement simple, j'aime la simplicité et je pense très sincèrement que offrir la possibilité dans un atelier de déguster plusieurs thés avec un Cha Qi différent serait une excellente chose pour permettre une initiation. Mais voilà je ne propose pas d'atelier, je ne propose pas la vente d'échantillons de thé avec Cha Qi. Je parle, j'écrit c'est tout.

Dans cet atelier viendrait des personnes intéressées, nous échangerions sur le sujet et je me rendrais vite compte des possibilités sensitives et intuitives de chacun. Je me rendrais vite compte que les personnes les plus sensibles ont souvent un chemin déjà parcouru dans le domaine énergétique (art martial, médecine holistique, mode d'alimentation, méditation). Autant il est facile de comprendre avec l'intellect certaines notions et certaines bases du thé. Autant l'intellect à du mal à interpréter le ressenti subtil et intuitif du corps.

En conclusion nous ne sommes pas égaux devant le ressenti subtil du corps, de la même manière que nous ne sommes pas tous égaux en langue ou en mathématique. Si vous chanter faux, prenez des cours de chant. Vous ne deviendrez peut être pas un grand artiste, mais il est possible que vous ne chantiez plus faux. En attendant que vous preniez des cours de solfège, êtes vous capable de parler de triple croche ou de clef de sol ?